Dernier hommage à Léon


Léon n'est plus depuis la fin du mois d'octobre. Vous ne le verrez plus déambuler sur la place des Tilleuls et n'entendrez plus ses cris perçants chaque bruit de moteur intensif, ni ses appels vains vers une femelle espérée.

Son père vivait déjà dans le village, au sein du joli et grand parc d'une maison face à l'église. Il était seul mais un jour, on lui offrit une compagne. Tous deux donnèrent naissance à plusieurs petits. Sept paons et paonnes finirent par déambuler dans la rue du Clocher, visitant de-ci et de-là quelques jardins accueillants.  C'est ainsi qu'en 2004,  Léon naquit sur le toit d'un garage d'une résidence secondaire offrant de la verdure et des recoins entre des bâtiments, propices à la ponte des oeufs, à la couvaison et enfin à la naissance des petits, bien à l'abri des regards,

Les paons étaient bruyants, et les habitants immédiats s'en plaignaient. Les paonnes finirent par dissimuler leurs oeufs pour éviter leur destruction, et face à l'impossibilité de contrôler les naissances, paons et paonnes furent confier au parc du Château de Sauvage, sauf notre Léon, toujours l'oeil menaçant et la posture intimidante, qu'on n'osa capturer.  Il resta donc à Saint Lucien.

Après une grave blessure au cou qui lui mit pour un temps le bec de guingois au point qu'il fallut trouver une astuce pour le nourrir, il s'installa définitivement dans les environs de la rue du Clocher, proche de la place des Tilleuls.  Il trouva plusieurs fois de belles branches de tilleul ou de pin pour s'y percher la nuit. Mais ces arbres furent taillés, voire abattus, et il se percha définitivement, au soleil couchant, sur le faîtage des toits de cet environnement hospitalier. Il y trouva tout à la fois sécurité et tranquillité,  en compagnie des chats, des tourterelles et des moineaux des jardins auxquels il dédiait volontiers le panache en roue des superbes plumes de sa queue.  Malgré quelques réactions agressives subites, il devint sociable, apprécia la compagnie des humains, entrait dans les maisons dès que la porte restait ouverte ou se couchait au soleil sur leur seuil.

Quelques signes de vieillement se faisaient pourtant sentir. Il fut souffrant deux fois l'hiver dernier, les plumeaux de sa crête étaient moins fournis et moins toniques. La montée en roue s'avérait plus laborieuse, sa queue plus clairsemée.
Bref, début septembre, il eut quelques troubles de la vue, un oeil en particulier, puis de coordination de mouvements de la tête et du bec, jusqu'à ce qu'il s'éteigne un matin pluvieux de fin octobre sous un abri aménagé pour lui.
Il aura vécu 15 années à Saint Lucien, et sa présence aura surpris bien des visiteurs de la commune.


Inauguration de la mare de Chenicourt

Inauguration du réaménagement de la mare de Chencourt

Ainsi que le souhaitait la Région Centre val de Loire, qui a financé l'opération, les travaux de réhabilitation de la mare ont été inaugurés le 7 juillet 2017.
Ce jour là, malgré la chaleur intense, étaient courageusement réunis : Notre conseillère régionale, Estelle COCHARD,  notre nouveau député, M. Kasbarian, notre conseiller départemental, M. Jean Noël Marie, Madame Françoise Ramond, présidente de la Communauté de communes des Portes Euréliennes d'Ile de France, M. Pierre Bilien, vice président en charge de l'aménagement du territoire de la Com Com, et maire de St Martin de Nigelles,  les conseillers municipaux de Saint Lucien et quelques  habitants de Chenicourt. 
M. Allard, conservateur des espaces naturels de la Région Centre Val de Loire, également invité, a expliqué quelle avait été la démarche du Conservatoire et de ce projet, porté par Catherine DEBRAY, ce qui a suscité beaucoup de curiosité et d'intérêt . D''où de nombreuses questions de la pasur les mares d'Eure et loir et leur conservation  dans la salle communale, où fut servi un apéritif de circonstance.


les inondations 2016


Le 31 mai, au petit matin, après des pluies incessants et abondantes, les rues de Saint Lucien étaient inondées, la Maltorne en crue, le lavoir et  le bassin de rétention en débordement, la rue des Pressoirs fermée à la circulation. la mare de Chenicourt a nécessité un pompage par l'entreprise Her'vert pour mettre en sécurité les riverains.
Pendant plusieurs jours, la Maltorne était encore saturée d'où un écoulement difficil du lavoirs et des fossés adjascents.