Le lavoir et les pompes

Le lavoir

Il est proche de l'église et de la mare. Sur les plans du village de 1867, le lavoir n'apparaît pas. Les anciens se souviennent sans doute de ce lieu de rencontre des femmes du village. C'est à genoux, dans un caisson de bois comblé de paille, qu'on y lavait le petit linge et qu'on y rinçait le linge tout droit sorti de la lessiveuse, armé d'un gros savon, d'un battoir et d'une brosse, le tout chargé sur une brouette.
Ce lavoir est alimenté par plusieurs sources. L'eau y était donc toujours renouvelée, l'eau savonneuse s'échappant par un orifice maçonné, pour se jeter dans le fossé à l'arrière du lavoir. Une petite écluse, ouverte ou fermée, permettait de conserver un bon niveau d'eau.
Le fond du lavoir est dallée de grandes pierre de grès de la région. Autrefois, les pans inclinés du bassin était en bois de chêne. Ils n'ont pas résistés au fil du  temps.
Un petit cabanon est adossé au lavoir... on dit qu'il était un cabinet de dégrisement. On y enfermait les personnes dont le degré d'alcoolémie risquait de les mettre en danger.
Même si la toiture et la charpente de ce lavoir ont été régulièrement entretenues, le bassin a besoin d'une restauration. En effet, il fuit  et l'eau autrefois toujours claire, devient saumâtre.Les fossés arrières sont envasés.


Les pompes du village